Parcours du petit castor - centre ville

Loisirs culturels

Découvrez les points d'intérêt du centre ville de Jouy-en-Josas et les lieux qui ont marqué l'histoire de la toile de Jouy.
Départ de la gare, arrivée au Vieux Moulin.

Le parcours est téléchargeable en version pdf, il comporte un quizz sur la toile de Jouy pour les enfants ainsi que des compléments d'informations historiques.

Bienvenue à Jouy-en-Josas, petite ville traversée par la Bièvre, rivière dont le nom viendrait du latin « biber » désignant le castor.
Savez-vous que le nom de Jouy pourrait venir d’un mot latin qui signifie « joie » ? Ce nom convient bien à notre belle commune que nous allons découvrir !

Jouy-en-Josas est le pays de la fameuse toile de Jouy, célèbre dans le monde entier. La toile de Jouy a été créée ici au 18ème siècle par un jeune entrepreneur très dynamique, Christophe-Philippe Oberkampf, dont la manufacture de toiles imprimées sur coton est devenue à l’époque l’une des plus grandes d’Europe.

1- Quittez la place de la gare et prenez sur votre droite le chemin qui traverse
le square Sarrasin de Maraise.

2- Continuez l’avenue Jean Jaurès en direction de la Mairie, qui fut l’ancienne maison d’habitation d’Oberkampf terminée en 1767. Elle devint mairie en 1899.
Dans la cour de la mairie, vous pouvez voir le buste d’Oberkampf, œuvre du
sculpteur Denys Puech (fin 19ème siècle), qui fut inaugurée en 1901.
Le portique supportant la cloche installée dans la cour de la mairie est une reproduction de celui de l’époque d’Oberkampf. Ce portique est représenté sur une toile de Jouy datée de 1783 environ et dessinée par Jean-Baptiste Huet ; cette toile se trouve au musée de la Toile de Jouy.

3- Quittez la Mairie et prenez à droite l’avenue Jean Jaurès. Continuez tout droit jusqu’au parking de la mairie. Traversez au passage pour piétons et suivez le fléchage vert qui indique l’école de musique, appelée « maison du Pont de pierre ».
Vous êtes devant une jolie maison construite au début du 18ème siècle qui abrita, dès leur arrivée en 1760, deux jeunes imprimeurs sur étoffes, Christophe-Philippe Oberkampf et son frère Frédéric.
On y accède par un charmant petit pont de pierre qui remplaça un vieux pont de bois. C’est dans cette maison qu'Oberkampf installa son atelier et fabriqua sa première toile imprimée. Il ne resta qu’une année dans cette maison qui était si exiguë qu’il n’y avait pas de chambre, ni pour lui ni pour son frère.

4- A présent, montez sur le pont qui accède à la maison (la porte située sous le pont est souvent fermée), vous y découvrirez le cénotaphe aux symboles maçonniques d’Oberkampf et de sa seconde épouse, Elisabeth Massieu ainsi que des tombes de leur famille.
Au fond du jardin, se trouve « la guérite aux épingles », un des rares souvenirs sauvés de la destruction de la manufacture. Cette guérite servait à ranger les épingles drapières. Celles-ci étaient utilisées par les enfants pour attacher les toiles entre elles et les faire sécher ou les tendre sur les prés afin de retirer, grâce aux effets du soleil et de la lune, les traces rougeâtres dues au garançage.

5- Revenez sur vos pas, franchissez le passage à niveau ou le passage souterrain situé à sa droite et remontez la rue Oberkampf.
Autrefois, la numérotation des maisons n’existait pas. Des enseignes accrochées au mur des maisons servaient à les désigner.
L’auberge de l’Écu de France reçut un hôte célèbre, Victor Hugo, accompagné d’une jolie jeune femme, le 3 juillet 1834.
Regardez la belle église Saint-Martin du 13ème siècle : elle possède un clocher particulier, doté de quatre pyramidions. Dans l’église, il existe une représentation rare, en bois, de la Vierge à l’Enfant, datant du 12ème siècle : la Diège.
Diège est la contraction de « Dei Genitrix », qui signifie Mère de Dieu en latin. Cachée pendant la Révolution dans la ferme de Viltain, sur le plateau de Saclay, et oubliée, cette statue fut retrouvée par hasard en 1850.

6- A présent, redescendez la rue Oberkampf en empruntant le trottoir de gauche puis tournez à gauche en bas de la rue, avant le passage à niveau, en prenant la voie d’accès au parking pour voir le « Vieux Moulin » et son bief *.
* bief : section d’un cours d’eau canalisé, par exemple entre deux écluses ou deux chutes ou pour conduire l’eau à un moulin.
Devant vous se dresse le Vieux Moulin ; pas si vieux ! Il ne date que de 1828 et a remplacé le « vrai » Vieux Moulin acheté en 1773 par Oberkampf. Ce dernier ne l’utilisa pas pour moudre du grain mais comme machine à calandrer pour lisser les toiles. Il en utilisa également les pilons.

7- Empruntez les escaliers menant vers la terrasse du restaurant « Pipelote » afin d’avoir une jolie vue sur le bief de la Bièvre.

Documents à télécharger

Informations d'accueil

Distance : 1km Durée journalière : 45min Aller itinerance
Accessible en fauteuil roulant en autonomie
Spécial famille avec enfants

Ouvertures

Toute l'année.

Tarifs

Accès libre.

Prestations

  • Parking 2 roues
  • Parking gratuit

Informations pratiques

Parcours du petit castor - centre ville
Avenue Jean Jaurès
Gare
78350 Jouy-en-Josas
ITINÉRAIRE